toi l'ombre, et moi

Publié le 12/04/2022
PARTAGER

 



le corps de Sam exhale l’hiver 



- une sueur. 



 



crevasse blême, blanche, qui enfle. en prose de haine chagrin 



- son reflet à travers la vitre. 



 



il récite, tu colores 



- un temps le flou. 



 



il perçoit la cage dans tes yeux, la fêlure, la craquelure. la nuit s'estompe 



- le réveil brutalise. 



 



sans papier bulle pour amoindrir la chute. 



sans scotch pour colmater la fissure. 



il piétine sur place le non-dit. 





 



imagine nous deux,



toi l’ombre, et



moi, plus vieux



encor’



- comme on



s'aimerait.



 



comme on s'aimerait



plus vieux



encor’



toi l’ombre,



et moi,



 



- imagine nous deux,



 



traversés d’éclairs



de soleil à torrent.



imagine nous deux vieux comme on s’aimerait.





 



le corps de Sam



épouse alors



l’or,et son



argent ; repousse



 



les murs



 



pour les neiges



des



buissons



- vivants



 



 toi l’ombre, et moi.



 

Commentaires
a allegoria
Publié le 13/04/2022
Salut Ally, Ecoute, j'ai relu plusieurs fois ton texte et j'avoue avoir des difficultés cette fois à décrypter celui-ci. Alors j'ai essayé d'en analyser certains vers: "il perçoit la cage dans tes yeux, la fêlure, la craquelure. la nuit s'estompe - le réveil brutalise. sans papier bulle pour amoindrir la chute. sans scotch pour colmater la fissure. il piétine sur place le non-dit. imagine nous deux, toi l’ombre, et moi, plus vieux encor’ - comme on s'aimerait." " imagine nous deux, traversés d’éclairs de soleil à torrent. imagine nous deux vieux comme on s’aimerait." Pour moi: d'un côté un être "cassé", qui souffre, de l'autre un autre: "l'ombre" qui décèle cette fragilité, et un rêve d'amour passion entre ces deux là. Alors qui est cette ombre? Au début j'ai pensé à la nuit mais non puisque tu écris "la nuit s'estompe"... Donc maintenant je me dis: peut-être une personne inconnue encore, ou alors pas totalement, dont on ne connaîtrait que les contours, un peu comme un fantôme attendu, espéré, ou qui hanterait la vie du premier personnage... Alors, tout comme à Sam je vais te dire ceci: excuse moi Ally si jamais je déforme tes mots. Merci malgré tout pour ce texte empli d'images fortes, notamment pour moi dans les vers que j'ai cités, et d'amour. Merci pour ce partage Et heureuse de te revoir ici :)
Merci vickie
Publié le 2022-04-13
Tu connais mon sourire des lectures plurielles. N’hésite pas, déforme, approprie-toi. Si tu tiens à connaître l’image qu’Allegoria a en tête ici en écrivant, descends juste un peu plus bas (commentaire de Patrice). Le paraître, et le moi - sans toujours, peut-être, savoir lequel des deux n’est pas l’autre. Question analyse : quelques indicateurs, par ex “son reflet à travers la vitre”, “l’or, et son argent”. Et le manège des pronoms. Quant à l’amour, pas vraiment passionnel : “comme on s’aimerait” récité, répété comme un mantra. Une acceptation, reconnaissance ou réconciliation :)
a allegoria
Publié le 13/04/2022
à moins que ce ne soit une référence au dernier texte posté par Sam?
Suite
Publié le 2022-04-13
Non, pas de référence au texte de Sam. Une question de sonorité ;)
a allegoria
Publié le 2022-04-14
Bon j'ai tout faux sur ce coup lol! :) Je vais le relire à nouveau, A bientôt
Tes sons et ton espace
Publié le 13/04/2022
Toi et moi, on travaille les sonorités, il me semble. De façons très différentes mais nous tendons vers des sons. Lorsque je lis tes textes, la première fois, je ne me tords pas trop l'esprit à vouloir comprendre, j'écoute la musique et certaines impressions sémantiques apparaissent. Je relis ensuite une ou deux fois et j'interprète car en plus de leurs sons, tes textes donnent de l'espace à l'imagination. Comme je le disais plus tôt, le plus important dans ce qu'on écrit, c'est ce qu'on écrit pas. J'évite de sortir une phrase de son contexte mais je le ferai quand même : "sans papier bulle pour amoindrir la chute. sans scotch pour colmater la fissure. il piétine sur place le non-dit." Cette phrase pour une relation entre deux personnes serait déjà profonde. Si elle est écrite pour illustrée un lien entre une personne et elle-même, elle devient inédite. Sur la finale tu parle du "non dit", pour une personne envers elle-même, on touche au sublime. En plus pour moi qui suis un homme, cela me demande d'imaginer les contraintes du paraître des femmes et j'aime imaginer. J'ai peut-être interprété erronément tes mots mais peu m'importe, comme jadis quand j'étais enfant (mais ne le suis-je plus ?) le monde était très beau lorsque je l'imaginais au lieu de le voir.
Merci Patrice
Publié le 2022-04-13
Oui, c’est juste, tous deux partisans de “la musique avant toute chose” ;) Et de l’avis subjectif d’une lectrice boulimique : l’univers poétique a besoin d’espace pour l’imaginaire ! Quant à ton interprétation : je suis touchée par ta lecture, ton écoute et ta sensibilité au diapason de “toi l’autre, et moi”. Merci aussi, beaucoup, pour ta dernière phrase : j'adhère à mille pour cent :)
L’ombre spectrale
Publié le 13/04/2022
Bonsoir Allegoria, comme Vickie j’ai plongé et d’aussi belle manière que dans le dernier texte de Sam. Il y’a des mots et des formules qui ne te laissent pas tranquille, qui s’agrippent à ta conscience et à ta sensibilité comme le ferait des spectres refusant de quitter le théâtre de leur vie, de ce qui n’est plus, et ne sera plus. Ton texte est fort, une nouvelle fois, il est savamment dosé et délivré, à la force de la ponctuation dont chaque usage est mûrement réfléchi. Une belle réussite et je te remercie de le partager avec nous.
Et magnifique choix de photo d’illustration
Publié le 2022-04-13
Je suis également sensible à l’esthétisme de la photo d’illustration hyper inspirante, tout est sélectionné avec soin.
Merci Léo
Publié le 17/04/2022
Temps et théâtre de la vie. Ombre spectrale. Ces mots et ton regard me touchent. Que tu notes le choix de la photo aussi : et de l’illustration ou du texte quelle est l’ombre ? L’une est l’autre :)
Magnifique !
Publié le 17/04/2022
C'est justement ça que j'adore chez toi Allegoria, ce style unique, inimitable...Ces images littéralement saisissantes, à double ou à triple sens, qui nous pousse à une introspection profonde...On se questionne, on se rencontre, on plonge dans notre univers intérieur, pour décortiquer l'émotion que l'on ressent en première lecture. Merveilleuse magie!
Connectez-vous pour répondre