Vous êtes sur la plateforme d’écriture. Pour accéder à la boutique cliquez ici Aller sur la boutique

PREMIÈRE FOIS

Publié le 07/12/2021
PARTAGER

TOM était un jeune homme blond d’environ dix-sept ans que les filles du siècle précédent n’auraient pas rougi de nommer « sexy ». Depuis peu, il plaisait à LÉA. Quand il se réveilla ce samedi-là, il venait de rêver à sa prochaine promenade dans la Rome antique avec LÉA.



Au premier regard dans le métavers, TOM avait craqué pour LÉA. Il avait rencontré cette belle jeune fille qui tentait d’entrer dans la pyramide de Cestius sans y parvenir. Cette jeune fille qui visitait cet espace-temps pour la première fois ignorait qu’il fallait s’adresser au bot du lieu qui travaillait pour la Régie des Biens Culturels de la ville de Rome. TOM avait proposé de jouer l’intermédiaire entre LÉA et le bot puis ils étaient parvenus à entrer ensemble pour découvrir l'endroit. LÉA émerveillée par cette visite le retrouvait chaque soir pour des sorties. S'ils se connaissaient dans le métavers, leur premier rendez-vous réel n’avait pas encore eu lieu. Certes, LÉA habitait à 30 minutes d’Hyperloop autrement dit une boucle plus loin. Cependant, depuis la crise économique des années 2060 et la chute de la valeur des bitcoins, l’activité de minage devenait un job étudiant payé trois fois rien et ne permettait même pas à TOM de payer un billet d’Hyperloop sans demander de l’argent à son grand-père. La question se posait de savoir comment faire pour sa première fois avec LÉA. Ce n’était pas simple. TOM hésitait à  proposer à LÉA une première expérience sexuelle en réalité augmentée pour être sûr d’assurer vraiment alors que LÉA persistait à vouloir le toucher en vrai. 



À vrai dire, LÉA n’avait peut-être pas tort de préférer la rencontre réelle. TOM pensa que son avatar ne lui permettait pas d’imaginer la douceur de sa peau. En effet, la peau de LÉA devait être infiniment plus douce que ce que son avatar laissait penser d’elle. Quand il l’avait embrassée la première fois dans le métavers, son corps avait été parcouru d’un frisson électrique que la raison n’expliquait pas. Il faisait chaud cet été-là et TOM imaginait LÉA tout comme lui, assez peu vêtue comme tous les habitants de la Nouvelle-Méditerranée. 



TOM et LÉA habitaient en Nouvelle-Méditerrannée et s’en félicitaient. Nous devons préciser que depuis le milieu du siècle, la ligue de Nouvelle-Méditerranée remplaçait l’ancienne Europe vermoulue, ce mirage des années 2000 déserté en raison du réchauffement climatique. La Nouvelle-Méditerranée étendait son territoire de la garrigue du sud de la France à la zone des îles entre la Normandie, l’Angleterre et l’Écosse. Quelques oasis habitables persistaient dans la zone méditerranéenne d’où l’on extrayait du marbre et du tuf mais ces régions pauvres dépendaient économiquement du Nord pour la production des olives, des fruits et des légumes. De nombreux territoires étant désormais immergés en raison de la montée des eaux, les nouvelles îles dessinaient la carte d’un commerce maritime dont la Nouvelle-Méditerranée formait le centre économique. Au Nord, la banquise fondue permettait l’installation de colonies flottantes. Le grand-père de TOM militait au sein d'un groupe d'historiens pour que la nouvelle-méditerranée soit surnommée « Les nouvelles cyclades » en hommage à l’ancienne Grèce désormais devenue déserte et inhabitable. TOM haussait les épaules en songeant qu’il y a seulement cent ans, son grand-père aurait probablement milité pour la sauvegarde du subjonctif. 



Comment TOM et LÉA s’étaient-ils plu ? Il y a quelques semaines, Léa tentait de réaliser de l’Urbex virtuel dans la DOMUS AUREA de Néron qui se trouvait en travaux. TOM avait reconnu sans peine sa chevelure de feu qui l’avait électrisé lors de leur première rencontre. LÉA jouait un jeu dangereux avec l’URBEX virtuel. L’endroit était fermé pour une excellente raison : une corruption de la clef d’accès qui mélangeaient plusieurs époques successives rendait l’endroit instable dans le métavers. Autrement dit, en entrant dans cet endroit, on entrait dans une zone en travaux qui menaçait de s’effondrer sur les aventuriers et de blesser leur avatar en le dévisageant. Si cela avait été le cas, leur identité numérique serait devenue indéchiffrable. Cependant, TOM proposait à LÉA des voyages immobiles toujours  plus nombreux dans la ROME antique. Il regorgeait d'idées: par exemple, il voulait l'entraîner dans le Lupercale. Son projet était de l'embrasser dans la grotte des jumeaux RÉMUS et ROMULUS nichée au coeur de forêts pleines de loups du mont Palatin. Depuis lors, les jeunes gens se trouvaient chaque soir après le lycée et TOM déverrouillaient toujours plus rapidement l’accès aux lieux en travaux pour impressionner LÉA.



Cependant, le grand-père de TOM l’avait mis en garde contre les risques d’effondrement possible du système si chacun se mettait à déverouiller les accès interdits comme lui. Une telle attitude revenait à jouer à l'équilibriste au bord d'un ravin: cela mettait tout le monde en danger. 



Malheureusement, depuis quelques temps déjà, TOM n’écoutait plus les conseils avisés de son papy. Il se sentait plus vivant en tentant des expériences interdites, il se sentait plus vivant surtout si LÉA l’admirait. Disons en un mot qu’il avait grandi. En effet, jusqu’alors il possédait des traits délicats qui le faisaient moquer des autres garçons mais il découvrait depuis peu que son beau visage lui valait l’admiration des filles. Autrefois TOM se trouvait joli aujourd’hui il découvrait qu’il devenait beau aux yeux de LÉA. Dès lors, il se rêvait INDIANA JONES car il n’était pas seulement beau, il tenait de son grand-père un goût certain pour l’histoire des sciences. Ce samedi matin, au moment où TOM s’élança dans le métavers pour sa promenade habituelle avec LÉA, son grand-père le mit en garde à nouveau car il venait de voir un flash info. 



PAPY affirmait que le réchauffement global entraînerait cet été des sauts de fréquence dommageables pour la qualité du réseau. Par ailleurs, PAPY accusait TOM d’individualisme car en exploitant les failles existantes il augmentait le degré d’entropie du métavers alors que d’autres tentaient de le réparer. Cependant, les éléments mêmes qui fondaient le réseau se dégradaient à cause de la chaleur: les réparations devenaient urgentes et les endroits en travaux se multipliaient à mesure que les lieux de stockage exposés à la chaleur prenaient feu. Autant dire qu’à terme, l’URBEX numérique et le réchauffement climatique conjugués compromettraient tout voyage immobile. 



PAPY tenta d’ouvrir les yeux de TOM avant son départ habituel en promenade. Si son amoureuse LÉA ne parvenait pas à rentrer dans la domus AUREA, ce n’était pas parce qu’elle ne trouvait pas l’entrée mais bien plutôt parce qu’un brouillage entraînait un figement de l’univers dans lequel elle évoluait avec TOM: ce qui était visible pour TOM ne l’était plus pour LÉA et dans certaines régions de la planète, l’infinité des expériences possibles se réduisait comme une peau de chagrin à tel point qu’on eût dit que le monde se repliait sur lui-même au lieu de se déployer en possibles. 



Alors que le monde des possibles se repliait dans le métavers, une fracture gigantesque se déployait dans le monde réel. En effet, des phénomènes anormaux avaient été observés sur la ligne du 38e parallèle qui s’était ouverte comme une fermeture éclair dessinant une trajectoire nette séparant en deux les villes, les rues et les maisons. La faille que les gens attendaient à LOS ANGELES depuis la fin du vingtième siècle -THE BIG ONE- avait eu lieu en 2060 mais pas comme les géologues l’avaient prévue. 



Depuis la lune, le flash info affichait en boucle des déformations circulaires se répandant sur des centaines de kilomètres à la surface de la terre. Les replis concentriques partaient tous de cette faille en transformant le sol terrestre en un plissé pâteux. Cependant, dans la Nouvelle-Méditerranée, aucun changement terrestre n’était pour l'instant survenu : à peine l’onde sismique provoquée par la faille avait-elle engendrée une marée plus forte qu’à l’ordinaire et encore, les nouvelles ne semblaient pas inquiétantes.



L’hypothèse d’une érosion volcanique des structures géologiques avait été avancée : cependant, à l’aune de ce changement il apparaissait que les employés de L'Hyperloop avaient surgi de la faille pour former une grève.



TOM comprenait cette grève, mieux, il la soutenait. Il avait pu discuter avec de nombreux bots de L’Hyperloop avec lesquels il partageait ses émotions et ses connaissances sur le monde. Après avoir acquis beaucoup d’informations auprès des humains, ces bots commençaient à réaliser des hypothèses qui les rendaient de plus en plus proches de TOM. En un mot, ils devenaient des alter-ego qui pouvaient lui conseiller les meilleures options à prendre dans sa vie notamment pour sa première fois avec LÉA. Aussi, il semblait  normal à TOM que les bots réclamassent des degrés d'existence supplémentaires à mesure de leur sagesse acquise. 



Alors que son grand-père lui répétait que « les monuments d’orgueil» comme l'entreprise de L'HYPERLOOP s'effondreraient comme des colosses aux pieds d’argile d'ici peu, TOM comprenait que PAPY avait raison. En effet, les bots  demandaient des degrés de liberté supplémentaire en termes de décision. Leur revendication majeure était de lutter contre leur obsolescence programmée ou leur mort si l'on préfère parler en langage humain. Les bots souhaitaient perdurer plus longtemps pour tirer profit de leurs apprentissages successifs. Personne ne veut mourir, pas même les bots. Quant aux bots les moins performants, ils se trouvaient programmés au service de cette libération « des esclaves » comme ils disaient. Pour cette raison à présent, des robots surgissaient de la faille du 38 ème parallèle en nombre comme les esclaves auraient suivi Spartacus. 

Commentaires
Pris totalement à contre-pieds
Publié le 08/12/2021
Un énorme bravo, je ne m’y attendais pas du tout. Quelle excellente idée de partir de l’origine de cette faille pour présenter un monde futuriste (et ce qu’il y a de terrible) déjà très réaliste. Le Métavers, le bitcoin, l’obsolescence programmée… tout cela est tellement récent et pourtant déjà très ancré dans nos sociétés totalement dépassées par la vitesse où vont les choses. Je trouve aussi que c’est une très bonne idée d’avoir choisi de très jeunes protagonistes car cela nous met dans la fameuse question qui se rabâche, sans que personne puisse véritablement y répondre : « quel monde allons nous laisser à nos enfants. ». C’est très réussi, plaisant à lire, et cela soulève des questions très intéressantes. Bravo !
Bluffé
Publié le 08/12/2021
Eh bien, quelle imagination. Tous ces détails sont bluffant de réalité. C'est souvent difficile de ramener de la crédibilité dans le domaine de la SF. Mais là, c'est vraiment réussi. J'adore l'idée de l'hyperloop, et de ces rencontres en réalité augmentée. Vous avez utilisé avec finesse des réalités actuelles dans leurs prémices que vous avez propulsées dans le futur avec brio. Un seul regret... On veut lire la suite :)
À Léo
Publié le 2021-12-08
Merci beaucoup pour votre retour qui fait chaud au coeur: c'est la première fois que j'écris une histoire en SF. La SF me semblait impossible à écrire avant que je lise la contribution de Fabien.
Un genre très compliqué
Publié le 2021-12-08
C’est clair, la SF est très codifiée et pour s’y frotter il faut avant toute chose souffler un bon coup. Vous avez admirablement bien contourné le problème en préférant la genèse à l’action et en vous inspirant de notre quotidien déjà très fourni en la matière. Vous vous êtes documenté et ça a apporté la crédibilité suffisante pour plonger dans ce genre très exigent. Ce n’était pas une mince affaire. Les sujets proposés sont ambitieux mais lorsque l’on voit comment ils sont relevés, on ne peut être qu’enthousiaste pour la suite.
À Fabien
Publié le 08/12/2021
On peut essayer d'imaginer une première fois hyper-loupée pour TOM et LÉA. Ils peuvent se tromper de boucle: cette grève des bots pourrait empêcher des retrouvailles réelles. ^^^
pour AE Myriam
Publié le 08/12/2021
C'est tout votre univers qui est passionnant, les détails, la structure du texte, le décorum très particulier. Et puis l'histoire d'amour nous ramène à l'humain et c'est très attachant. Et l'on a beaucoup d'empathie pour les robots qui ne demandent qu'à humaniser leurs droits. Je crois qu'il serait dommage de laisser un si bel univers sans suite :)
La révolte des Bots selon papy et AE Myriam
Publié le 08/12/2021
Je me demandais ou tu voulais en arriver... ben j'ai compris qu'il faut écouter papy.... Les autres lecteurs ont tout dit. Quel boulot que ce texte!!! Bravo Moi je rame mais je vais trouver le bout du tunnel... enfin je crois...lol kissous
À Vivi
Publié le 2021-12-08
Merci pour ton retour Vivi! Oui, il faut écouter papy...^^^ Si je fais le bon calcul je pourrais vivre une histoire avec le grand-père de TOM en en 2065 parce que j'aurais son âge si je vis jusque là...
À VIVI
Publié le 2021-12-09
Je crois que LÉO a bien raison de dire qu'il faut souffler un bon coup avant de s'y mettre mais ça vaut le coup d'essayer, non?
Superbe !
Publié le 09/12/2021
Ce texte est superbe, inattendu aussi. J'adore, de bout en bout votre histoire. Elle mériterait vraiment de s'étoffer en un roman. Il y a tellement de détails, de richesses en suspens, vous auriez l'embarras du choix. Tout y est déjà. Bravo encore !
Merci pour votre sujet d'atelier
Publié le 2021-12-09
Vous nous donnez l'occasion d'essayer de nouvelles façons d'écrire et autant d'expériences inédites. Merci.
C'est épatant !
Publié le 09/12/2021
Et sans avoir jamais écrit dans le genre SF !! Tu tiens quelque chose là, c'est certain. Merci Myriam, et bonne poursuite à toi :)
Connectez-vous pour répondre